Après deux ans et demi de rejets, le comité du TWB a décidé de réintégrer les sources Stockera et Wannera de la commune de Cormondes dans le réseau du TWB comme eau potable pour l’approvisionnement des communes membres. 

La raison de ce rejet début 2020 est que l’Office fédéral de la sécurité alimentaire a déclaré que les produits de dégradation du fongicide chlorothalonil mesurés dans l’eau présentaient un risque toxicologique pour la santé humaine et a donc introduit une valeur maximale conformément à la législation sur les denrées alimentaires. 

Depuis, cette interprétation toxicologique a été remise en question et la valeur maximale a été abrogée. 

Les raisons suivantes incitent le comité à remettre l’eau dans le réseau :

–        D’un point de vue qualitatif, l’eau peut être considérée comme irréprochable malgré la présence de résidus (très faibles).

–        Économiser de l’énergie : L’eau doit être pompée moins haut que l’eau produite par le CEFREN.

–        Économiquement, l’eau de Cormondes coûte le même prix que celle du CEFREN, mais l’argent reste dans la région.

–        En période de sécheresse comme ce printemps et cet été, 250 m³ d’eau potable par jour représentent une détente (petite mais bienvenue) pour un système mis à rude épreuve.

Le comité est conscient qu’en raison du débat sur la santé et de l’agitation médiatique, certains bénéficiaires peuvent être déstabilisés par la remise en service des sources.

C’est pourquoi le comité réitère que toutes les autorités et les groupes d’intérêt ont toujours affirmé que la valeur maximale avait été fixée à un niveau extrêmement bas par mesure de précaution et que l’eau contaminée par des métabolites de chlorothalonil pouvait toujours être consommée.

Boire de l’eau du robinet est sûr, sain, écologique et économique ! 

A long terme et de manière durable, de nombreux projets sont soit lancés, soit déjà en cours, afin de mieux protéger nos ressources en eau potable des substances étrangères nocives provenant de l’agriculture, du trafic routier, des industries et des ménages. 

Le comité du TWB